Le CES s’est installé comme l’endroit où il faut aller pour les porteurs de projets innovants, et en particulier pour les start-up hexagonales, la France ayant fait le choix de s’y afficher en masse. La région Sud ayant annoncé son intention de gonfler encore plus la présence de jeunes pousses locales, il était donc particulièrement intéressant d’aller écouter Bertrand Bigay exposer son retour de Las Vegas lors d’un meetup mardi soir.

Bertrand Bigay est un des dirigeants de P.Factory, un accélérateur privé et régional de start-up qui a porté 80 projets. A Las Vegas, son terrain de jeu était l’Eurêka Park. Soit l’immense sous-sol d’un hall d’exposition accueillant près de 900 start-up. « Sur les 900, il y en a près de 300 françaises et parmi elles 50 du Sud. Une quarantaine était financée par la Région, 3 par Ubifrance et 3 (Qwant, 3DRudder et Vulog) s’étaient installées par leur propre moyen. Il y a aussi des opportunités sur les stands de groupes comme le CEA, le Crédit Agricole ou La Poste, qui accueillent aussi des start-up ».

Pas plus de deux années

Mais attention à ne pas s’y installer trop tôt. Une start-up ne peut exposer dans l’Eurêka Park que deux années, au-delà il lui faudra prendre un stand dans un autre hall d’exposition, bien plus coûteux. Aux yeux de Bertrand Bigay, le timing et l’objectif sont deux facteurs-clé pour réussir son CES. Il conseille ainsi aux personnes intéressées d’y aller une fois avant, pour bien s’y préparer. Et surtout de définir leur objectif, qui peut varier d’une année sur l’autre.

Il peut s’agir de vendre, mais dans ce cas il faut et que le produit soit prêt et qu’il puisse être vendu à l’international (certifications,…). Ce qui n’était pas le cas d’une bonne moitié des start-up présentes. Mais il peut s’agit aussi d’y aller pour mesurer les enjeux et bien connaître sa concurrence, de façon à bien comprendre le gap à franchir pour réussir.

Seule chose à ne pas faire à Las Vegas : travailler. « Pendant cette semaine, il ne faut pas y compter. On peut envoyer quelques mails par jour mais guère plus sinon vous allez tout faire mal, aussi bien votre travail que votre présence sur le salon ».

Des kilomètres à parcourir

C’est que le CES est une expérience physique. Pour ceux ne disposant pas de stands, le kilométrage effectué est très conséquent. Pour ceux situés à l’Eurêka Park, il s’agit de passer sa journée dans un sous-sol surchauffé et bondé. En particulier le mercredi ou le jeudi, où une vague particulièrement imposante de visiteurs déboule dans les couloirs du salon.

Financièrement, l’investissement peut s’évaluer autour des 5000 euros, essentiellement en frais d’avion et d’hôtel. « Le coût principal, c’est le temps consacré par l’équipe. Mieux vaut en particulier ne pas se retrouver seul sinon vous serez coincé sur votre stand et vous n’aurez pas la possibilité de faire le tour du salon ». Et de citer l’exemple de Customer Labs, dont la fondatrice a eu la bonne idée de s’appuyer sur un stagiaire américain trouvé localement (Las Vegas est aussi une grande ville universitaire).

Quelques secondes d’attention

Le stand, lui, ne représente qu’un investissement modeste si on fait partie du programme de la Région. Dans ce cas, celle-ci en prend 80% à son compte, ne reste alors à payer que 800 euros. La même région a aussi pris en charge 80% d’un programme de coaching de préparation au salon, visiblement très utile pour les start-up y ayant participé. Reste que, dans un salon aussi massivement fréquenté, les visiteurs n’accordent au mieux que quelques secondes d’attention à un stand.

Attirer l’attention est donc particulièrement crucial. D’abord bien sûr avec une bonne baseline et un bon produit mais aussi, si possible, avec une idée maline. Et de citer les ballons lancés par les fondateurs de Sportbak sur les curieux, le coussin vert intriguant de Hopen Project ou le canapé emprunté à son Airbnb par les créateurs du Lola de Sonora Labs.

[English version: « Absorb the Wednesday’s Wave » and other post-CES advice]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s