« En Provence, on ne produit que 19% de l’énergie que nous consommons ». Si les 4e Assises de la Transformation Énergétique, organisées par le Club Immobilier Marseille Provence, n’avaient eu qu’un mérite, ce serait celui d’être allé au-delà de ce constat d’une région énergivore pour dresser le portrait d’un territoire de plus en plus connecté, et en particulier aux énergies renouvelables.

« Parce que la région PACA utilise trop de chauffage électrique, elle fait face à un pic considérable quand il fait froid. Néanmoins, alors qu’il y a peu on était persuadé que la consommation allait augmenter sans cesse, elle stagne depuis quelques années, et devrait même baisser » a expliqué Jean-Philippe Bonnet, de RTE Méditerranée. Une tendance imputable à la fois à la mise en place de dispositifs moins gourmands, et à leur « intelligence ».

10 000 logements Smart Avenir Energies

L’édition 2018 célébrait ainsi la réussite de Smart Avenir Énergies. Lancé il y a un an, ce programme vise en premier lieu à fournir un bon mix énergétique, avec 50% de gaz et 50% d’électricité. Mais le Smart n’a pas été glissé par hasard dans son nom. Les 10 000 logements Smart Avenir Énergies disposent tous d’une véritable dimension connectée.

A Gardanne, les habitants des logements réalisés par Elgea ont la possibilité de mettre en route leur chaudière à distance, via un smartphone. Le promoteur Nacarat annonçait, lui, la mise en place d’une « conciergerie 2.0 » pour certains de ses ensembles, tandis que d’autres annonçaient le déploiement des compteurs de gaz intelligents Gazpart. Le tout s’appuyant aussi sur une nouvelle application mobile développée pour EcoWatt, favorisant les comportements citoyens grâce à la gamification.

Un maximum d’énergies renouvelables

Or d’ici peu EcoWatt sera aussi en mesure de signaler à quel moment de la journée le réseau fait le plus appel aux énergies renouvelables. En effet, en fonction de l’heure de la journée, la proportion d’énergie issue du solaire, des bioénergies ou de l’hydraulique varie fortement. L’exemple le plus évident étant le photovoltaïque, dont la production dépend du niveau d’ensoleillement et ne donne évidemment rien le soir.

Une autre application mise au point par RTE, du nom d’Eco2Mix, permet déjà de récupérer ce type d’information. Ainsi, ce mercredi, si vous vouliez utiliser une énergie avec la plus grande proportion d’énergie solaire (11%), il fallait consommer vers 13h15.

Pour l’instant, cette information n’est donné qu’à titre informatif et éducatif. Mais la vision de RTE va bien plus loin. A une époque de Smartcity et de domotique intelligente, rien n’empêche de la transformer en données, injectées dans les systèmes connectés. Il deviendrait alors possible de programmer son lave-vaisselle pour qu’il se lance lors d’un maximum de production photovoltaïque, ou de configurer un immeuble intelligent de manière à ce qu’il utilise en priorité du gaz vert.

[English edition: Green Energy for Smart Cities and Connected Objects]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s